A.V.R.U.G
Afrika-Vereniging van de Universiteit Gent

Regards sur le cinéma colonial.

14 en 15 mei 2005


Het  Koninklijk Belgisch Filmarchief bewaart honderden films uit de koloniale periode. Deze werden onlangs geïnventariseerd. Het gaat om documentaires, fictie, reportages, educatief materiaal en zelfs propaganda uit de periode 1920-1960.
Op 14 en 15 mei organiseert de Service de culture cinématographique, in samenwerking met het Koninklijk Belgisch Filmarchief en het SOMA (Studie- en Documentatiecentrum Oorlog en Hedendaagse Maatschappij) / CEGES (Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés Contemporaines), een weekendseminarie (in het Frans) rond Belgische koloniale film. 
Het doel van het seminarie is de rijkdom en ambiguïteit van een vergeten cinematografie te doorgronden.

Intervenants : 

  • Francis Ramirez est maître de conférences à l’Université de Paris III 

  • Christian Rolot est professeur à l’Université Montpellier III 

  • Florence Gillet est chargée de projet sur la mémoire sociale des coloniaux belges au CEGES 

  • Luc de Heusch est à la fois ethnologue et cinéaste. Assistant d’Henri Storck (1947-48) et élève de Marcel Griaule à la Sorbonne (1951-52), il a également enseigné l’anthropologie sociale et culturelle à l’ULB 

zaterdag 14 mei

"Le cinéma colonial apparaît aujourd’hui comme un nouveau champ d’études aussi bien pour le filmologue que pour l’africaniste. Le débat sur le colonialisme et la décolonisation s’est lentement dépassionné, rendant possible le réexamen de documents qui, au moment des indépendances, furent hâtivement classés sous la rubrique infamante des films de propagande. Or, ces cinématographies dont les métropoles furent longtemps honteuses se révèlent plus riches et plus ambiguës qu’on aurait pu le penser dans les premières années de l’émancipation politique de l’Afrique noire."
HISTOIRE DU CINÉMA COLONIAL AU ZAIRE, AU RWANDA ET AU BURUNDI, TERVUREN, MRAC, 1985

10h00-13h00: Le cinéma laïc et les films de voyageurs
Par Francis Ramirez et Christian Rolot
Illustré par les films suivants:

  • La traversée du Congo belge (Pastori, 1929) - CR [copie restaurée par la cinémathèque royale] 

  • Voyage au Congo (Marc Allégret, 1927) - CR

  • Un beau voyage (Gaby Félix, 1953)

  • La Belgika (Ernest Genval, 1926)

  • Compagnie Maritime Belge Lloyd Royal S.A. Trait d’union entre la Belgique et sa colonie
    (< 1930) - CR

  • Le chemin de fer du Mayumbe (1928) - CR

    Les films muets sont accompagnés au piano

14h30 – 17h30: Le cinéma missionnaire et les films d’éducation
Par Francis Ramirez et Christian Rolot
Illustré par les films suivants:

  • Travail et épargne (Père Van Haelst)

  • Marie Lépreuse (Abbé Cornil, 1956)

  • L’Elite noire de demain (Gérard De Boe, 1950)

  • Art congolais d’aujourd’hui (Gérard De Boe, 1952) - CR

18h15 (séance publique):

  • Bwana Kitoko (André Cauvin, 1955) - CR, 80'
    Présenté par Florence Gillet

zondag 15 mei

10h00 – 12h00: André Cauvin au Congo. 1939-1959. 20 ans d’ambiguïté cinématographique.
Par Florence Gillet
Aux côtés de De Boe et Genval, André Cauvin peut être considéré comme un des trois chefs de file du cinéma colonial belge. Tantôt défenseur des traditions ancestrales, magnifiant la beauté de la terre africaine, tantôt propagandiste de la modernité occidentale, au service du gouvernement belge, Cauvin hésitera toute sa vie entre deux approches totalement antagonistes de la colonie. A travers les images de quatre de ses films, nous retracerons le parcours cinématographique du cinéaste tant d’un point de vue idéologique que technique. Nous répondrons ainsi aux questions suivantes: Qui est André Cauvin? En quoi se démarque-t-il des autres grandes figures du cinéma colonial? Quel regard est-on amené à porter sur l’ambiguïté de son discours? Quelles évolutions techniques observe-t-on à travers ses différentes réalisations?
Illustré par les films suivants:

  • Bwana Kitoko (André Cauvin, 1955) - CR

  • Congo (André Cauvin, 1943) - CR

  • L’Equateur aux cents visages (André Cauvin, 1948) - CR

  • Bongolo (André Cauvin, 1952) - CR

13h30 – 16h00: Le cinéma ethnographique
Par Luc de Heusch
"Pour réaliser Fête chez les Hamba, le cinéaste s’est d’abord fait admettre parmi les Noirs (comme Jean Rouch, vers la même époque), puis a été initié selon les rites, et admis à filmer ensuite une autre initiation secrète au sein de la tribu. C’est dire l’intérêt prodigieux d’un tel témoignage, captant sur le vif une société ancestrale, cinq ans à peine avant la décolonisation."
LE CINÉMA BELGE. CINÉMATHEQUE ROYALE, 1999

Illustré par les films suivants:

  • Pêcheurs Wagenia (Gérard De Boe, 1952)

  • N’giri (Gérard De Boe, 1946) - CR

  • Bambuti (Père De Vloo, 1954)

  • Fête chez les Hamba (Luc de Heusch, 1955)

18h15 (séance publique - Ernest Genval):

  • Avec les hommes de l'eau (Ernest Genval, 1936-1938) - muet / tit. fr.

  • Le diamant (Ernest Genval, 1935) - CR par la CRB à partir d'une copie nitrate des collections du Musée Royal d'Afrique Centrale - vers. fr. / 23' 

  • Congo, coeur de l'Afrique (Ernest Genval, 1930) - CR par la CRB à partir d'une copie nitrate des collections de la BRT - muet / tit. angl.

  • De Stanleyville à Bukama par la voie des grands lacs (Ernest Genval, 1926-28) - C R par la CRB à partir d'une copie nitrate des collections de la BRT - muet / tit. fr.

Musée du Cinéma / Palais des Beaux-Arts / Rue Baron Horta, 9 / 1000 Bruxelles
Renseignements: 02/507.84.00 (Service de Culture Cinématographique)
Email: scc@ledoux.be

Inscriptions: Au Musée du Cinéma, tous les jours à partir de 17h30
Prix: 25 € (12,5 € pour les étudiants et détenteurs de la carte annuelle). 
Cette inscription donne également accès, le samedi 14 et le dimanche 15 mai, à la séance publique de 18h15. 
Tél. 02/507.83.70 (Musée du Cinéma)

programma: 
http://www.cegesoma.be/Activities/Symposia/WPM_202D.pdf
http://www.cinematheque.be/fr/cours7.htm